Pour le
développement
et le mieux-être
des enfants

Revue de presse

De gauche à droite: Émilie Fleurent-Auger, directrice clinique du CPSTR, Alain Lemieux, président du CPSTR, Maxim Vézina, président de la Fondation du club Richelieu de Trois-Rivières et Marie-Claude Fortier, art-thérapeute.

 

19 octobre 2017 Mis à jour le 18 octobre 2017 à 20h20

Partager

Salle d’art-thérapie: permettre aux enfants de s’exprimer

VINCENT MONGRAIN

Le Nouvelliste

Partager

Trois-Rivières — Le Centre de pédiatrie sociale de Trois-Rivières (CPSTR) a procédé, mercredi, à l’inauguration d’une salle d’art-thérapie. La mise en place de ce nouveau local a été réalisée grâce aux dons de la Fondation du club Richelieu de Trois-Rivières. C’est une somme de 20 000 $ qui a été remise au CPSTR afin de soutenir le projet.

L’art-thérapie permettra au CPSTR de diversifier ses services et d’offrir une alternative à la psychoéducation, la psychologie ainsi qu’au travail social. 

«Des centaines d’enfants de Trois-Rivières ne reçoivent toujours pas les soins et l’accompagnement nécessaires pour leur permettre de grandir en santé et s’épanouir. En ce moment, l’équipe clinique dessert un peu plus de 300 enfants. Notre clientèle desservie présente plusieurs traumas et problématiques très difficiles à surmonter. Nous devons donc être innovateurs dans nos moyens d’intervention. L’art-thérapie est un moyen efficace qui permet à l’enfant de s’exprimer. Ensuite, nous faisons les suivis auprès du médecin et de la travailleuse sociale pour que chacun chemine ensemble», explique Émilie Fleurent-Auger, directrice clinique du CPSTR.

Les rencontres avec l’art-thérapeute pourront se faire de façon individuelle ou en groupe afin de permettre à plus de jeunes d’en bénéficier.

Art-thérapie

L’art-thérapie permet d’avoir accès à l’inconscient, aux émotions et aux souvenirs refoulés de l’enfant par l’expression picturale et verbale. Les jeunes qui auront recours à l’art-thérapie pourront donc s’exprimer en dessinant, en peignant, en bricolant, en sculptant et en parlant. 

«En tant que moyen d’expression non verbal, l’art permet à l’enfant de nommer ce qui est indicible par le biais de ses propres images. Le fait de mettre ses expériences sur papier introduit une distance entre l’enfant et son vécu, ce qui lui permet d’extérioriser son expérience et de mieux gérer les émotions complexes qui y sont liées», ajoute-t-elle.

Tout au long du processus, l’art-thérapeute suit et adapte ses interventions selon les besoins de l’enfant

 

Le Prix Hippocrate a été créé par le magazine Le Patient dans le but de rendre hommage à une équipe de professionnels de la santé qui pratiquent l'interdisciplinarité avec succès pour le bénéfice de leurs patients.

Le 14 septembre dernier avait lieu la remise du Prix Hippocrate 2017 à Montréal sous la présidence d’honneur de monsieur Paul Lirette, président de GlaxoSmithKline Canada et sous le patronage d’honneur du docteur Gaétan Barrette, ministre de la Santé et des Services sociaux. Cette année, le prix a été décerné au Dr Gilles Julien et à son équipe, qui sont de véritables vétérans en matière d’interdisciplinarité : leurs centres de pédiatrie sociale en communauté intègrent, dans un même lieu, des services médicaux spécialisés, psychosociaux et même juridiques, ce qui permet une approche globale en santé auprès des jeunes patients. Depuis 2008, la Fondation du Dr Julien a contribué au développement et à la mise sur pied d’une vingtaine de centres de pédiatrie sociale en communauté, en collaboration avec des leaders de différents milieux et selon le modèle qui a fait ses preuves. Grâce aux efforts soutenus de l’équipe du Dr Julien, des milliers d’enfants ainsi que leurs familles ont pu bénéficier de soins professionnels et s’épanouir durablement.   

Le Dr Gilles Julien et le Dr Charles Bernard, président-directeur général du Collège des médecins du Québec

Des ados formés pour bâtir une relation saine avec des jeunes vulnérables

Le projet Grand Ami, visant à jumeler des élèves du Séminaire Saint-Joseph et des jeunes en situation de vulnérabilité, a été lancé en septembre dernier pour répondre à un besoin : bâtir une relation harmonieuse avec une personne signifiante. Depuis, l'initiative du Centre de pédiatrie sociale de Trois-Rivières dépasse largement les attentes.

Un texte de Marie-Ève Trudel, Radio-Canada

Ryan Boisvert, 12 ans et son grand ami, William Thériault, 17 ans. La suite de l'article sur : http://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1026111/centre-pediatrie-sociale-trois-rivieres-projet-grand-ami

Le CPSTR atteint le niveau régulier 1 de la Fondation Dr Julien

http://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1012426/le-centre-de-pediatrie-sociale-de-trois-rivieres-obtient-sa-certification

 

L'Amphithéâtre Cogeco s'associe à la pédiatrie sociale

http://mauricie.radionrj.ca/info-mauricie/2015/07/07/des-enfants-en-situation-precaire-invites-a-lamphitheatre-cogeco

http://www.985fm.ca/regional/nouvelles/l-amphitheatre-cogeco-s-associe-a-la-pediatrie-soc-725715.html

http://www.lhebdojournal.com/section/2015-07-07/article-4206657/Des-enfants-a-situation-precaire-assisteront-au-spectacle-du-Cirque-du-Soleil/1

  • Partenaires
    associés